plan retour.png

Nous réalisons un revirement dans la politique de retour. Notre politique de retour sera différente et meilleure. Plus résolue, mais plus humaine aussi.
 
Chaque année, environ 24.000 personnes reçoivent un ordre de quitter le territoire. Il s'agit d'un document indiquant que, en règle générale, elles ont 30 jours pour quitter la Belgique. La décision de quitter le pays ou non leur incombe entièrement. Elles éte abandonnées à leur sort, sans encadrement ni suivi. Cela change avec notre politique de retour proactive.
 
 Nous encadrons les personnes en séjour irrégulier de manière intensive en misant sur un trajet d'orientation vers l'avenir où toutes les options sont examinées avec la personne concernée : des possibilités de rester légalement dans notre pays au risque de retour forcé, en passant par le retour volontaire. Grâce à des trajets de retour proactifs, nous assurons une approche différente de l'encadrement du retour en fonction du groupe cible.

Le séjour irrégulier n'est jamais une bonne option. Ni pour l'étranger en question, ni pour notre société. Avec notre politique de retour proactive, nous travaillons sur l'encadrement dès le premier jour. Toutes les personnes qui sont informées qu'elles doivent quitter la Belgique font l'objet d'un suivi individuel et proactif.

Plusieurs entretiens avec des conseillers en retour suivent alors pour discuter de l'avenir de la personne et permettre son éventuel retour.
 

sammy_edited.png
Infrastructuur FR.png

Cette nouvelle politique de retour proactive nécessite des infrastructures supplémentaires afin de fournir un encadrement meilleur, plus rapide et plus humain aux personnes en séjour irrégulier. Nous avons entamé la mise en place d'un réseau de bureaux régionaux pour l'encadrement du retour et de guichets retour pour organiser des entretiens d'encadrement à proximité de l'étranger.  
 
Lorsqu'un étranger ne peut pas rester légalement dans notre pays, la priorité est donnée au retour volontaire. Pour ceux et celles qui continuent à refuser le retour volontaire, qui représentent un danger pour notre ordre public ou qui causent des nuisances, le retour forcé est l'étape ultime. À cet effet, la capacité doit être suffisante. Nous construisons de nouveaux centres de retour fermés qui seront affectés au retour forcé des personnes en séjour irrégulier. 
 
Des maisons de retour supplémentaires permettront également de développer les alternatives à la détention, par exemple pour le retour des familles avec enfants mineurs. De cette manière, il sera possible d'augmenter structurellement le nombre d'éloignements forcés et de garantir des conditions humaines et sûres pour l'étranger.

Quote sammy.png

Une bonne infrastructure moderne est indispensable pour améliorer l'efficacité de la politique de retour. Il s'agit d'une expansion historique. Nous doublons la capacité de retour et pouvons enfin faire un pas de géant dans la politique de retour de notre pays.

Hoekstenen.png
dankzij mahdi FR.png
onderste visual FR.png