Nouveaux centres fermés

Il y aura 3 nouveaux centres de retour fermés qui seront affectés au retour des personnes en situation de séjour irrégulier. Ceux-ci seront construits à Jumet, Jabbeke et Zandvliet.

Un centre de retour fermé est un lieu où les étrangers sans papiers ou sans droit de séjour dans notre pays sont détenus administrativement en vue de leur éloignement forcé de la Belgique. Un centre fermé ne doit pas être confondu avec un centre d'accueil : dans un centre d'accueil, les demandeurs de protection internationale (en bref, les demandeurs d'asile) sont hébergés pendant le traitement de leur demande d'asile.


Actuellement, notre pays compte 6 centres de retour fermés gérés par l'Office des étrangers. Il s'agit du centre de transit Caricole et du Centre de rapatriement 127bis à Steenokkerzeel, des centres de Merksplas, Bruges et Vottem et du centre fermé pour femmes à Holsbeek.


Avec le plan de retour nous doublons la capacité de retour jusqu'à une capacité de 1.145 places. D'une part, nous augmentons la capacité à court terme grâce à des élargissements intelligents dans les centres fermés existants. D'autre part, nous construisons 3 nouveaux centres de retour. Il s'agit d'un nouveau centre à Zandvliet avec 144 places et à Jabbeke avec 112 places. Jabbeke remplacera le centre fermé de Bruges, dont l'infrastructure est désuète et ne répond pas aux normes actuelles en matière d'intimité et de confort. À Jumet, un centre fermé de 200 places sera construit. À l'avenir, l'aéroport de Charleroi sera également utilisé pour les éloignements à partir de ce centre. C'est de cet aéroport que partent de nombreux vols à destination de régions telles que le Maghreb et les Balkans.




Dans le cadre de la politique de retour proactive, le retour volontaire est la première étape. Pour ceux et celles qui refusent le retour volontaire, le retour forcé est l'étape ultime, avec éventuellement une détention dans un centre fermé. Les nouvelles places dans les centres de retour fermés seront occupées en priorité par les personnes en séjour irrégulier qui représentent un danger pour l'ordre public ou causent des nuisances. Ces personnes peuvent être détenues dans un centre fermé après avoir été interceptées par la police. L'éloignement des criminels étrangers depuis la prison sera également intensifié.


Avec des places supplémentaires, il sera possible d'augmenter structurellement le nombre d'éloignements forcés et d'assurer des conditions qualitatives, humaines et sûres pour la détention de l'étranger.


« Les centres fermés sont un élément essentiel de la lutte contre l'immigration clandestine. Ceux et celles qui reçoivent l'ordre de quitter le territoire ne peuvent pas rester ici. En particulier pour les personnes qui ont commis des infractions, perturbé l'ordre public ou causé des nuisances, il est important que nous menions une politique très résolue et que nous fournissions les capacités nécessaires pour pouvoir renvoyer de force ces personnes dans leur pays d'origine. »

- Sammy Mahdi



Plaatsen FR.png